Caractéristiques d’une peur qui peut être nocive pour la santé
Les troubles phobiques liés à l’alimentation sont particulièrement dangereux car leurs conséquences s’étendent également au domaine de la santé. C’est le cas de la néophobie d’origine alimentaire ou de la peur d’essayer de nouveaux aliments, un trouble qui est très fréquent dans l’enfance mais qui peut atteindre l’âge adulte s’il n’est pas traité à temps. Dans notre dictionnaire des phobies, nous vous racontons tout sur la phobie alimentaire.

Qu’est-ce que la néo-phobie d’origine alimentaire ?

La néofobie alimentaire est la peur d’essayer de nouveaux aliments. C’est pourquoi c’est un trouble qui prend naissance dans l’enfance lorsque l’enfant commence à découvrir toutes les possibilités d’alimentation. En raison de sa texture, de son odeur, de sa couleur ou de son goût, l’enfant jette les aliments qu’il juge potentiellement dangereux.

Mais c’est une peur non fondée, comme pour tous les troubles phobiques. La néophobie d’origine alimentaire est considérée comme un comportement normal à l’âge où les enfants commencent avec une alimentation variée. C’est le rôle des parents de détecter les limites entre un rejet du nouveau fonctionnel et un autre pathologique. Alors attention.

Causes et conséquences de la néo-phobie alimentaire

Rejeter de la nourriture pour quelque raison que ce soit est toujours un mauvais investissement dans la santé. Comme nous l’avons déjà vu dans le cas de la lacanophobie ou de la peur des légumes, la restriction alimentaire pose un risque évident de malnutrition et ces phobies sont souvent associées à d’autres types de troubles comme l’anorexie ou la boulimie, causes ou conséquences ?

Dans la néofobie alimentaire, ses conséquences comptent plus que ses causes. Vous rencontrerez sûrement des adultes au régime très limité, des gens qui n’aiment rien et qui ne sont pas des amis des innovations culinaires. C’est peut-être une personne capricieuse, c’est vrai, mais elle peut aussi avoir un trouble comme la néofobie.

Éviter de manger une grande quantité de nourriture de peur qu’elle ne soit dangereuse mène aussi à l’isolement social. Cette personne atteinte de néofobie est très consciente de ses limites et ne comprend certainement pas sa propre peur, puisqu’il s’agit d’une peur irrationnelle. Mais il pense qu’il n’y peut rien.

Symptômes de la néophobie d’origine alimentaire

Avoir un nouvel aliment dans son assiette ou que vous avez déjà décidé tout au long de votre vie de l’exclure de votre alimentation à cause de la néofobie conduit à souffrir de tous les symptômes d’anxiété que nous connaissons si bien. Sensation d’asphyxie, étourdissements, vomissements, tachycardie…. Et ce sentiment d’irréalité qui conduit souvent à des crises de panique.

Le comportement d’une personne qui souffre de néophobie alimentaire ou de toute autre phobie est à éviter. Évitez d’avoir ces symptômes, évitez les situations que vous considérez dangereuses, évitez de manger certains aliments, évitez d’assister à des événements où vous devez faire face à ces produits qui vous font peur. En fin de compte, l’estime de soi est abaissée jusqu’au fond de la terre et demeure ce sentiment troublant de quelque chose qui ne va pas du tout.

Comment la néo-phobie alimentaire est-elle traitée ?

Dans le cas des enfants, ce sont peut-être les parents eux-mêmes qui peuvent agir pour mettre fin à cette néo phobie naissante, mais cela ne fait jamais de mal d’aller voir un professionnel. Il est important de comprendre que si un enfant refuse un aliment, il ne convient pas de le forcer à le manger car il l’associera toute sa vie à une grande charge émotionnelle négative.

Il existe d’autres stratégies pour vous amener à l’accepter et à le manger de votre plein gré. D’où l’importance de consulter un psychologue. Chez les enfants comme chez les adultes, la thérapie cognitivo-comportementale est le moyen le plus efficace de surmonter une phobie.

Et dans ce cas de néo-phobie alimentaire, l’exposition répétée à la nourriture redoutée est très utile pour créer ce que l’on appelle un phénomène d’habituation. Si chaque jour vous mettez sur la table cette nourriture redoutée, sans la forcer à être mangée, sans colère et naturellement, l’enfant s’habituera à avoir cette nourriture dans l’assiette et le sentiment de danger sera réduit.