Modifier nos comportements de consommation pour consommer de manière éthique et durable peut sembler complexe, pourtant il n’en est rien. En effet, c’est ce que nous faisons lorsque nous privilégions les aliments avec le moins d’emballage ou qui en sont dénués, lorsque nous trions nos déchets et appelons notre mairie pour éliminer nos encombrants, lorsque nous éteignons les lumières inutiles et coupons le robinet pendant que nous nous savonnons voire lorsque nous achetons les restes des commerçants via l’appli dédiée. En fait, sans forcément nous en rendre compte, nous agissons déjà. Parce que la tendance actuelle est la «slow fashion », pourquoi ne pas aller plus loin et nous habiller de la tête aux pieds de manière éthique ?! L’industrie de la mode est l’une des plus polluantes et c’est sans compter les conditions de travail désastreuses de celles et ceux qui confectionnent ce qui se trouve dans notre dressing. Parce qu’il est possible de soutenir un autre type de mode tout en étant un fashion addict, gros plan sur les conseils simples pour y parvenir. 

Slow fashion ou la recherche des marques éthiques

La première des choses est de privilégier des marques de la mode fairtrade. Ensuite, il faut avoir à l’esprit que la mode éthique peut prendre différentes formes. En effet, il peut s’agir de privilégier des matières et matériaux dont la production n’engendre pas une forte pollution ou une consommation énergétique importante. Parmi eux, le coton biologique, le cuir de poisson, le chanvre, le bambou ou encore le lyocell par exemple. Il existe aussi d’autres matériaux de substitution plus respectueux de l’environnement qui réduisent notre empreinte carbone comme les matières recyclées. Les fibres recyclées sont alors créées à partir de la récupération et/ou de la transformation de matières déjà utilisées à d’autres fins dans la veine de l’upcycling notamment. Il peut alors s’agir de chutes de matière dans les ateliers textiles, de vieux vêtements recyclés. Quoi qu’il en soit, les marques de prêt-à-porter pour homme, femme et enfant ne manquent pas et la gamme de vêtements recyclée est large, pour satisfaire tous les goûts, toutes les envies tout en étant à la pointe de la mode. 

Slow fashion ou le boycotte des marques fast fashion 

100 milliards, c’est le nombre de vêtements produits par an et 4, le nombre de millions de tonnes de vêtements jetés par an seulement en Europe. Il est donc important de privilégier des vêtements éthiques, mais aussi durables. Et pour cela, il faut arrêter d’acheter des vêtements à la composition douteuse, à la qualité médiocre. Exit donc les enseignes qui vendent à bas prix, qui exploitent les travailleurs, qui engendrent des synthétiques toxiques ou encore qui engendrent de nombreux dégâts. La mode éthique n’est plus l’apanage des hippies ou des écolos bobos ! La mode éthique est accessible à tout le monde et cela ne coûte pas plus cher. En investissant dans une marque éthique, c’est l’opportunité de privilégier des vêtements durables au fil des lavages et de respecter les travailleurs qui ont fabriqué les vêtements tout en préservant Dame nature. Alors, gros plan sur les coutures, les finitions, les labels sur les étiquettes, la provenance et la qualité du vêtement pour acheter juste et bien. Et parce que la mode éthique c’est le local, rien de tel que de privilégier le MADE IN FRANCE.

Slow fashion ou la manière d’acheter en pleine conscience

Exit le shopping hebdomadaire, les achats comme thérapie ! Non être accroc au shopping ne nous aide pas à nous sentir mieux. Le but premier d’un vêtement est de nous couvrir, de nous protéger, de nous apporter un certain confort et en aucun cas de nous rendre plus heureux que nous ne sommes. La première des choses est donc d’opérer un tri dans notre dressing avant de courir les boutiques et les commerces en ligne. Il ne faut conserver que les vêtements et accessoires dans lesquels on se sent bien, dont le style nous plait et qui mettent en valeur notre morphologie, de lister nos besoins pour opérer des achats utiles et mûrement réfléchis le tout, en privilégiant les basiques. Avec les basiques, c’est le pari gagnant pour ne pas détonner au fil des tendances. Bien entendu, il est important de bien entretenir les vêtements et accessoires pour qu’ils gardent de leur éclat au fil des utilisations. 

Pour finir, l’idée consiste à ne pas jeter ses vêtements et accessoires à la poubelle même s’ils sont en très mauvais état. S’il nous est possible de les revendre, de les donner, il nous est surtout possible de les déposer dans un conteneur prévu à cet effet ou encore de les transformer. Rien de tel que de succomber à la tendance actuelle : le concept japonais qu’est le Furoschiki. Cet art traditionnel de l’emballage transforme les vieux draps, les chemises, les foulards par exemple en emballage écolo.Parfait pour offrir un cadeau de manière originale et éthique. Avec un peu d’imagination, un peu d’huile de coude et de quoi coudre, les étoffes délavées, trouées ou encore abîmées deviennent des sacs à provisions, des guirlandes de fanions girly, des chiffons pour le ménage, des torchons pour essuyer la vaisselle, des foulards, des portes-tarte, des totebags, des housses de coussin ou encore une tawashi, l’éponge 100% récup et zéro déchet

> >